Au Cœur

  • Au Coeur © Tiphanie Romain

Thierry Thieû Niang
texte Linda Lê

chorégraphie Thierry Thieû Niang
scénographie Claude Lévêque
musique Robin Pharo
chants travaillés avec Camille
lumières Jimmy Boury
 

avec treize enfants et adolescents âgés de 8 à 18 ans
Pauline Abossolo, Eliott Allwright, Zoé Clément,
Camille Deniau, Camille Dufour, Shana Lempereur,
Timothée Lopacki, Loris Mercatelli, Anna Mazzia,
Quentin Maximin, Mathieu Maximin, Dorine Parma,
Pierre Tailleferd
et Robin Pharo à la viole de gambe

     

Je n’ai pas de nom. Il y a longtemps,
j’aurais pu m’appeler Icare, Ariane,
Cassandre, Janus…
Il y a longtemps, j’aurais pu être
flamme, phénix, funambule renversé
d’un souffle.
Linda Lê
 

Pourquoi Linda ? à cause du Viêtnam,
de l’exil, de l’enfance, de l’écriture qui
cherche dans la terre, le sol et dans l’eau...

Thierry Thieû Niang

 

Ils sont écoliers, collégiens et lycéens et forment déjà une communauté singulière et « avouable » en mouvement. Leur fragilité et leur engagement nous parlent d’éclosions, de chutes, de pertes et de consolations. Chercher comme dans un conte les signes d’une fable faite de constellations et d’éclats réfléchissants ; d’élans joyeux vers l’autre, en regard de la réelle violence sociale qui habite l’arrière-fond de toute l’histoire du monde.
Chercher dans les endroits incongrus, les surfaces mouillées par la pluie, se laisser aller, mener, conduire et désorienter pour accueillir chaque trouvaille et merveille. Chercher le mouvement – du corps, de la lumière, du son, des mots – comme un infini sentiment de liberté éprouvé face à un paysage, un tableau. Un autre que soi. Ne plus savoir où l’on est, quelle heure il est.

Cette troupe éphémère va travailler des danses comme des paysages intérieurs,abstraits - des portraits au présent qui interrogentl’intérieur et l’extérieur, l’absence et la présence, l’identité et la fiction, le moment et la durée - pour composer une humanitélibre et habitée de gestes ouverts, de récits et autres paroles.

Les enfants partagent le plateau avec un jeune musicien, Robin Pharo, qui rythme la cérémonie, tantôt guide, tantôt témoin. Les sonorités de sa viole de gambe relient des temps anciens et à venir, installant les jeunes gens dans un présent suspendu dont l’intensité vibrera longtemps, grâce aux mots de l’écrivain Linda Lê dans une scénographie de Claude Lévêque.

Thierry Thieû Niang, danseur et chorégraphe, travaille à mêler les générations, les mouvements de pensée et de corps. Il associe à ses projets de création des enfants et/ou des seniors amateurs, des détenus ou des personnes autistes. Le mouvement dansé devient chez lui le lieu de partage des imaginaires, des langages et des cultures.
Il travaille au théâtre, à l’opéra, à la danse et au cinéma, en France et à l’étranger, avec des artistes de tous horizons parmi lesquels Marie Desplechin, Ariane Ascaride, Anne Alvaro, Pierre Guyotat.
Thierry Thieû Niang a présenté lors des Rencontres d’été 2015 Le Grand Vivant de Patrick Autréaux avec Vincent Dissez. Il a été accueilli pour Au Cœur en résidence à la Chartreuse, à la Collection Lambert et à la FabricA du Festival d’Avignon.
 

Née au Viêtnam, Linda Lê avoue volontiers qu’elle n’a plus une connaissance intime de sa langue natale. Le français, appris dès l’enfance, à Saïgon, est devenu, sinon sa patrie, du moins un espace mouvant qui lui permet tout ensemble de se désabriter et de trouver une ancre flottante. Arrivée en France en 1977, elle a pris le chemin de la littérature. Une presse unanime accueille Les Évangiles du crime. En 1993, Christian Bourgois édite son cinquième livre, Calomnies, puis en 1995, Les Dits d’un idiot. Suivent Les Trois Parques, Voix, Lettre morte, Personne, Kriss / L’Homme de Porlock et In memoriam. Elle reçoit le prix Wepler-Fondation La Poste en 2010 pour Cronos et le prix Renaudot Poche en 2011 pour À l’enfant que je n’aurai pas (Éditions Nil). En janvier 2016 paraît Roman.

Production Festival d’Avignon en collaboration avec AugurArt. Coproduction Collection Lambert en Avignon, Chartreuse-CNES, Le Phare-Centre chorégraphique national du Havre Haute-Normandie, Viadanse-Centre chorégraphique national de Franche-Comté à Belfort, Les 2 Scènes-Scène nationale de Besançon, Théâtre Gérard-Philipe-Centre dramatique national de Saint-Denis, Théâtre Paris-Villette. Avec le soutien de la Spedidam, de la Fondation BNP Paribas, de la SACD et de King's Fountain. Avec l'aide d'agnès b.