Édito

  • Rencontre © Serge Bloch

Il y a bien longtemps, près de 3000 ans, un petit peuple inconnu coincé entre les grands empires de l’Orient ancien, l’Égypte, Sumer, la Grèce, raconte une incroyable succession d’histoires qui ont traversé les époques et les cultures. Nous avons revisité cette épopée en 35 chapitres d’un livre, et autant d’épisodes d’une série de films animés. De ces récits, nous vous proposons aujourd’hui une découverte en mots, en images et en sons. Le livre s’anime. D’exils, de déplacements, de rencontres en découvertes, l’épopée devient la nôtre.

Par ces mots l’auteur Frédéric Boyer présente Il était plusieurs fois… l’exposition immersive qu’il a conçue avec le dessinateur Serge Bloch comme une traversée d’après le livre dessiné Bible, les récits fondateurs (Bayard éditions) pour le CENTQUATRE-PARIS, et qu’ils ont recréée pour la Chartreuse en l’adaptant à ses espaces si particuliers… et en proposant de nouveaux développements. Ils nous invitent à redécouvrir les grands récits de l’Ancien Testament et offrent ainsi une nouvelle manière de mettre à la portée de tous, en les réinterrogeant, ces textes fondateurs de la culture occidentale. Cette exposition est le fil d’Ariane qui nous guide vers une autre traversée, celle proposée par Les Rencontres d’été 2017, qui consiste à découvrir de nouvelles histoires écrites par des auteurs de théâtre venus de différents pays, à écouter leurs récits et leurs langues multiples.

Avec son nouveau programme international, la Chartreuse met en place depuis plusieurs mois des résidences d’auteurs « en réciprocité » avec le Québec, l’Afrique de l’Ouest, l’Europe, grâce à des conventions qui la lient désormais avec d’autres structures non françaises valorisant elles aussi les écritures dramatiques contemporaines. C’est avec fierté que la Chartreuse s’attache à favoriser la circulation des artistes, la confrontation des esthétiques et des pensées, les collaborations entre auteurs et dramaturges de différents horizons ; à accompagner aussi l’émergence de jeunes auteurs dramatiques. En 2016, ce sont plus de trente dramaturges venant d’Europe et de différents pays du monde, pas seulement francophones, qui ont été accueillis. En espérant que les histoires racontées par ces amis étrangers deviennent aussi les nôtres ou au moins nous aident à mieux partager leurs questions.

Les Rencontres d’été 2017 sont à l’image de ce que la Chartreuse défend aujourd’hui plus que jamais : un art dramatique ouvert au monde, à ses questions, luttant pour que la place de l’humain reste prépondérante dans les préoccupations de nos politiques et pour que l’intelligence, la pensée et la diversité (qu’elle soit biologique ou culturelle) ne disparaissent pas au profit d’une logique de profit, de marchandisation et d’uniformisation. Elles nous proposent d’aller à la rencontre de ces auteurs, qui après un acharné et parfois très long travail d’écriture, ont hâte de partager ces questions et ces récits avec nous : Dorothée Munyaneza (Rwanda-France), Andrea Kuchlewska (États-Unis) adaptée par David Géry, Nathalie Fillion, Sandrine Roche, Claire Diterzi, Nadège Prugnard (France), Paul Francesconi (La Réunion) et son équipe (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, France), Céline Delbecq, Thomas Depryck, Céline De Bo (Belgique), Francesca Garolla (Italie), Joël Maillard (Suisse), Lola Blasco, Francisco Javier Suárez Lema (Espagne) et probablement aussi Afi Gbegbi (Togo), Assiba Gandebagni (Bénin), Sedjro Houansou (Bénin) ou Sophie Kam (Burkina Faso), selon les textes qui seront choisis par les lycéens du Grand Avignon. Nous pourrons même rêver à la Chine, avec les peintures de David Géry, metteur en scène et peintre, de retour d’une résidence de création et d’exposition au Printemps des Arts de Zunyi.

Les Rencontres d’été, c’est également le temps privilégié du partenariat historique avec le Festival d’Avignon, qui se concrétise cette année avec la coproduction de Unwanted, le spectacle de Dorothée Munyaneza dont la Chartreuse accompagne le travail depuis 2015 et qui est venue en mars et en juin 2017 finaliser en résidence l’écriture et la mise en scène de cette nouvelle création ; avec le co-accueil de l’équipe de Boyzie Cekwana ; avec la librairie du Festival et du OFF, qui est tenue pour la seconde année par l’équipe de la Chartreuse, accueillie à la Maison Jean- Vilar par sa nouvelle directrice, avec qui s’organisent également les Rencontres Un jour, un éditeur.

C’est le moment de partager le plaisir d’être avec le public et avec les participants amateurs qui accompagnent certaines lectures, témoignant du travail mené toute l’année avec Jeunes en Chartreuse et L’Art en partage, deux programmes d’accès aux écritures dramatiques contemporaines. Et c’est le plaisir toujours renouvelé d’être en Chartreuse, de retrouver la convivialité du restaurant Les Jardins d’été avec l’équipe de l’Alizé, la tranquillité de la Bibliothèque-Café, la beauté des trois cloîtres, la splendeur de la chapelle des fresques et la fraîcheur des multiples recoins ombragés ; de s’attarder pour une promenade exceptionnelle « À la tombée de la nuit », afin de (re)découvrir la Chartreuse, comme seuls les résidents peuvent la voir, dans le calme et la douceur du soir, entre deux découvertes théâtrales.

Catherine Dan
Directrice de la Chartreuse