Les Rêveurs

  • Christophe Pellet © Jean-Louis Fernandez

Christophe Pellet

Les Rêveurs s’attache à quatre personnages en transition : changement de sexe, de vie, de métier, et peut être aussi, plus profondément encore : d’existence. Ce changement se heurte à la société qu’ils traversent : une lutte s’engage. Cette lutte passe par une acceptation du sentiment amoureux et la revendication d’une sexualité. L’amour et le sexe deviennent un espace intime, à soi, profondément politique. J’ai obtenu pour l’écriture de ce texte une bourse d’année sabbatique du CNL. Les deux semaines passées à la Chartreuse me permettront de poursuivre l’écriture de ce texte, de ne penser que par lui et d’être au plus près des personnages, c’est-à-dire de moi-même :

PHENIX : J’aime la confrontation physique d’une représentation.
C’est un corps à corps, une tension des muscles,
d’un côté comme de l’autre…
Spectateurs, je m’adresse à vous :
j’appelle la confrontation des regards et des corps :
vos regards sur mon corps, mon regard sur les vôtres.
J’ai toujours eu la sensation d’être devant des spectateurs.
Mais je ne pouvais rien dire.
Aujourd’hui je suis adulte :
j’ai les mots.
Je convoque la rage : impossible de m’en séparer,
c’est ma seule carte d’identité.
Mon combat.
Je ne veux plus être là sans y être.

Christophe Pellet est auteur et cinéaste. Il a publié une quinzaine de textes chez L’Arche Éditeur. Ils ont été mis en scène par Stanislas Nordey, Jacques Lassalle, Mathieu Roy, Madeleine Louarn… Il a réalisé en 2018 son premier long métrage, Aujourd’hui, rien, d’après les journaux intimes de Cesare Pavese et Jean-Luc Lagarce. Son texte Les Disparitions vient d’être créé au TNS par les quatre jeunes metteurs en scène de l’École du TNS (groupe 44 : Eddy D’aranjo, Ferdinand Flame, Simon-Elie Galibert, Jean Massé). Mathieu Roy créera en juillet 2019 un opéra d’après son texte Qui a peur du loup (compositeur Aurélien Dumont).

Bourse du Centre national du livre.

Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.