La Cour des Grands

  • Cathy Min Jung © Marie-Valentine Gillard

Cathy Min Jung

Et si c’était à la récré que commençait le changement ? Là où l’étroitesse du monde se fond dans l’espace infini de l’imagination.

Maxime, Cham’s, Léone et Djibril sont éducateurs à l’école 77, les « pions » comme on les appellent. Dans la cour de récré, ils sont les gardiens du monde en concentré. Il y est question de jeux, d’amitiés, de disputes, mais aussi de pouvoir, de territoire, d’inégalités, de justice et d’injustice. À force de patience, d’écoute, de générosité et de créativité, ces éducateurs, somme toute très ordinaires, emmèneront les élèves dans une épopée humaine hors du commun.

Qui sont les éducateurs, quel est leur rôle auprès de cette jeunesse qui leur est confiée dans les moments de décompression, de fatigue et de tensions que sont les récréations et les garderies ? Face aux enjeux cruciaux auxquels nous sommes confrontés, j’ai voulu questionner un système qui sait l’urgente nécessité de réinventer ses modèles économiques et sociaux, mais qui méprise celles et ceux qui accompagnent les premiers pas des adultes de demain dans le difficile apprentissage du vivre ensemble.

Cathy Min Jung est actrice, autrice et metteuse en scène. Son premier texte Les Bonnes Intentions, prix de la Critique en Belgique est édité par Lansman en 2011. Cette pièce pose un regard cinglant sur l’adoption internationale et marque un tournant dans son parcours. Sing my life est édité chez Lansman en 2017. La Cour des Grands est le troisième projet qu’elle écrit et met en scène avec sa compagnie Billie On stage.

Bourse Comité Mixte Chartreuse - Fédération Wallonie-Bruxelles/Théâtre Danse.

Avec le soutin de la Chartreuse-CNES.