Isabelle Esposito et Miriame Chamekh

  • Isabelle Esposito, Miriame Chamekh © Igor Galabovski

Madame La sombre sautillante

Isabelle Esposito, écrivaine, danseuse, s’est créé un double mélancolique La sombre sautillante, personnage burlesque avec lequel elle interroge son rapport à l’image et à la fiction. Des remous (films) montrent ce personnage mi-clocharde, mi-star, dans son quotidien loufoque, dans ses errances en ville. À la Chartreuse, ce personnage deviendra une « Madame ».

Madame, projet d’écriture vidéo sur l’absence. « Madame fut mariée à Monsieur. Monsieur a disparu. Madame erre dans sa petite maison dépeuplée de Monsieur. Madame pleure dans son jus de vaisselle en pensant à Monsieur disparu. Madame dresse la table où elle mangeait avec Monsieur. Madame fait revivre Monsieur par ses gestes. Madame fait manger le vide laissé par Monsieur. »

L’enjeu de la résidence est de mettre en scène l’absence du mari de Madame dans de courtes vidéos. Ayant reçu l’alléchante proposition d’un CDD comme vendeuse aux Halles d'Avignon, Madame La sombre sautillante y fera son premier jour d’essai le dimanche 24 novembre 2013.

Miriame Chamekh Après des études d’arts appliqués à Rouen, elle travaille comme graphiste. Elle s’oriente ensuite vers le cinéma et devient monteuse. Elle occupe le poste de chef monteuse pour les films du réalisateur Mama Keïta (L’Absence, Le Sourire du serpent, One more vote for Obama) dont certains ont été primés à Rotterdam, Tarifa, Durban, Angoulême, Pusan, Londres, Dubaï. En tant qu’autrice, elle réalise des films d’art qui ont été sélectionnés dans de nombreux festivals, entre autres : Running Man et Clandestinity au festival du film d’Afrique et des Îles à l’île de la Réunion et au Zebra Poetry Film Festival à Berlin ; Man Frau au Directors Lounge à Berlin ; Laziness au festival international du film d’Aubagne. Elle travaille en étroite collaboration avec Isabelle Esposito et monte les remous (films) de La sombre sautillante. Les remous ont été projetés à l’Espace 1789, lors du festival Traversée d’art à Saint-Ouen et au Grand Parquet à Paris en février 2013.

Résidence de création à l’Espace 1789 de Saint-Ouen. Aide à l’écriture chorégraphique de la Mairie de Paris.