Imposture posthume

  • Joël Maillard © David Gagnebin-de Bons

Joël Maillard

 

Il me reste, au maximum, cinquante, soixante ans à vivre.
Qui peut dire si, à l’heure de mon agonie, l’aide-soignant qui m’accompagnera avec bienveillance vers l’au-delà sera un être humain ? Et si c’est un robot, prononcera-t-il les derniers mots de réconfort en sachant qu’il ne sait pas ce qu’est la mort, comme nous tous ? Aura-t-il appris à générer de jolis poèmes inédits à partir des mots
« Joël » « sommeil » « voyage » et « inconnu » ?
Ou alors, aura-t-il développé, de par sa nature non biologique, une compréhension du non-être beaucoup plus complète, voire concrète, que nous autres ?

Imposture posthume est une variation sur le motif du manuscrit trouvé. Ainsi, j’écris mes souvenirs, à la main, peu avant ma mort, en 2099, à l’âge de cent vingt-et-un an, particulièrement bien conservé grâce à la médecine régénérative. Plusieurs siècles plus tard, le manuscrit de mes souvenirs sera découvert, près de mon corps momifié.

Dans ce futur indéfiniment lointain, où l’humanité a survécu à un effondrement numérique global, un expert du passé (vraisemblable-ment télépathe mais pas forcément bien renseigné) tente de me « réanimer » par un procédé d’apparition pas très au point.

+++ snaut.ch

Joël Maillard est né en 1978. Il est acteur, metteur en scène et auteur. En 2010, il crée la compagnie SNAUT et entame le Cycle des rien. Il écrit principalement des textes qu’il met en scène lui-même. En 2018, il présente Quitter la Terre (lauréat de l’appel à projet 2017 de la FATP), avec Joëlle Fontannaz, dans la Sélection suisse en Avignon.

Bourse de la Société suisse des auteurs (SSA).
Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.