Compagnie Transquinquennal

  • La Charrue avant les boeufs © DR

La Charrue avant les bœufs

Vue de la ville, ou du théâtre, de loin, la campagne est souvent un lieu apaisé et apaisant. Face à la nature, nous imaginons qu’elle est le lieu de l’émancipation entière et absolue du « moi ». Dans la relation complexe qui nous unit à la terre, nous savons qu’elle nous nourrit, certains aiment y mettre les mains, mais nous avons confié à d’autres son travail, pour produire la base de ce qui nous alimente.

« À la ferme », qui incarne dans l’imaginaire collectif un retour aux valeurs simples et vraies, il y a avant tout du travail, du réel à bras-le-corps, du matériel. Pas d’abstraction, de langage, d’interface. Et l’agriculture aujourd’hui, c’est surtout une profession qui étouffe et qui découvre brutalement les limites du modèle qu’elle a dû suivre. Avec toute la meilleure volonté du monde, les agriculteurs ne peuvent pas travailler plus pour gagner plus. L’agriculture se situe exactement à la surface de contact entre nature et culture. De cette limite, de ce bord, déborde notre société et ses moyens. Il y a là, il nous semble, à faire du théâtre aujourd’hui.

Compagnie Transquinquennal (Bruxelles)

Auteurs Bernard Breuse, Miguel Decleire, Stéphane Olivier
 

Bourse de résidence d’auteur de la Communauté française de Belgique.
Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles Théâtre.
La Charrue avant les bœufs sera créé en 2011/2012.