Catherine Zambon

  • Catherine Zambon © Céline Nieszawer
  • Catherine Zambon © Mathieu Bonfils

Autour des luttes et résistances citoyennes

(titre provisoire)

Depuis quelques années, j’ai emprunté à la sociologie et à l’anthropologie quelques outils pour ouvrir mes champs d’écriture. Interviews,observations, immersions ont notamment conduit ma dernière création, Les Agricoles. Se frotter au monde réel n’est pas sans risque...
Allant de la salle de traite à l’abattoir, je suis revenue de cette traversée avec la question de la mort animale à laquelle un végétalisme ne saurait entièrement répondre. Je ne pouvais savoir que cette hantise éthique allait m’offrir un nouveau sujet d’écriture.
Je me suis intéressée à la dite « ferme-usine des 1000 vaches », projet industriel visant à enfermer 1000 vaches et 750 génisses en vue de production laitière. De l’intérêt à l’implication, il n’y eut qu’un pas. De l’implication à l’opposition, un autre. De l’opposition à la résistance... Ainsi est advenu le désir d’écrire sur les luttes citoyennes. Si écrire a toujours été, à mes yeux, affaire d’engagement, je ne savais pas que m’engager à ce point allait devenir affaire d’écriture.

Actrice de formation, metteuse en scène, Catherine Zambon se consacre depuis 2000 à l’écriture. Jouée, éditée (Lansman, La Fontaine, École des Loisirs, Actes-Sud Junior, Espaces 34, Théâtrales…) elle a été accueillie dans divers lieux de résidence (dont à plusieurs reprises à la Chartreuse), a travaillé en compagnonnage avec de nombreuses compagnies tant pour le théâtre adulte que jeunesse, le théâtre de rue, que la marionnette (Fabrique des Petites Utopies, Ches Panses Vertes, Cie Tandaim, Atelier de Mécanique Générale, Les fous à réAction [associés], Carré Blanc, Turak, Les Veilleurs, Sylex, etc.). Elle a reçu plusieurs prix et bourses et a par ailleurs donné des cours d’écriture à l’École régionale d’acteurs de Cannes-ÉRAC.

Bourse Centre national du livre. Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.