Aurore Jacob

  • Aurore Jacob © Alice Barbosa

L'Argent dans la peau (titre provisoire)

Ce projet vient d’un sentiment de colère contre le marché de l’art et ce que cela représente pour mon travail. Comme si l’art était un marché comme les autres, en rien différent des marchés financiers. Un monde où l’art ne serait que communication et où la création n’appellerait plus la transcendance.
Il s’agissait d’un sentiment diffus. Comme une boule dans la bouche qui m’empêchait de parler et d’écrire. J’ai souhaité dépasser cette émotion. Très vite. J’ai eu envie de la transformer. De là est née l’histoire d’un père qui désire écorcher sa fille pour vendre son tatouage. En liant ainsi art, argent et corps familial, je souhaite toucher quelque chose de viscéral, qui dépasse la rationalité.

Aurore Jacob a écrit plusieurs pièces, notamment Au bout du couloir à droite (Tapuscrit 2014) adapté et mis en scène par Olivia Grandville à Théâtre Ouvert (repris dans le cadre des 42es Rencontres d’été). Au bout du couloir à droite sera traduit en mandarin dans un recueil cette année. Il sera au côté d'Europe Connexion d'Alexandra Badea, de Clôture de l'amour de Pascal Rambert, de La Réunification des deux Corée de Pommerat et d'un texte d'Olivier Py.
En 2015, elle a bénéficié d’une résidence à la Chartreuse où elle a écrit Sur/exposition et Seuls les vivants peuvent mourir (Tapuscrit 2015) mis en voix par Madeleine Louarn.
 

Encouragements du Centre national du Théâtre.
Avec le soutien de la Chartreuse-CNES.